Anorexie Article Wikipédia

Anorexie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
    

L’anorexie (du grec ancien : ἀνορεξία / anorexía, « absence d’appétit ») est, du point de vue strictement médical, un symptôme qui correspond à une perte de l'appétit. L'anorexie est un symptôme qui peut devenir chronique. Quelle qu'en soit la cause, il peut conduire à la malnutrition et à ses complications. Dans les faits, le terme est abusivement utilisé pour désigner l'anorexie mentale qui est un trouble psychopathologique complexe et spécifique, au cours duquel il n'y a pas de perte de l'appétit mais au contraire une lutte active contre la faim. Environ 10 % des anorexiques décèdent souvent à cause des chutes en potassium dans l'organisme, un tiers des anorexiques guérissent et un tiers deviennent chroniques, les autres restant fragiles à vie[1]. On distingue l'anorexie par restriction où le sujet se prive de nourriture, et l'anorexie purgative où le sujet vomit ce qu'il mange et/ou ingère des laxatifs.

 

En médecine

L'anorexie accompagne les altérations de l'état général. Bien qu'on puisse observer une anorexie dans un grand nombre de maladies, comme par exemple les cancers, elle n'a rien d'une maladie organique. L'anorexie commence par un effort pour lutter contre la faim, il s'ensuit une perte d'appétit au fur et à mesure que les kilos partent. Les problèmes les plus fréquents sont l'aménorrhée ou absence de règles, la décalcification consécutive au dérèglement hormonal (aménorrhée), une perte des cheveux, la baisse de la tension artérielle, les escarres, les brûlures de l'oesophage dû à l'acidité suite aux vomissements, la chute des dents à cause de l'acidité à force de vomissements répétés. La mort peut survenir par arrêt cardiaque si le taux de potassium baisse trop suite aux vomissements.

En psychiatrie[modifier]

Voir l'article anorexie mentale pour l'anorexie en psychiatrie.

Plus souvent rencontrée dans les couches sociales moyennes et supérieures et en Occident, l'anorexie est un trouble du comportement alimentaire dans lequel l'anorexique se sert parfois de la maîtrise de son corps pour maîtriser les relations avec son entourage, notamment sa famille. L'anorexie est parfois le compromis que trouve la personne face à un conflit qu'elle ne parvient à résoudre : chagrin d'amour, deuil. Elle se déclenche parfois en présence d'une éducation sévère, et s'accompagne d'une faible estime de soi : les anorexiques recherchent un dépassement de soi, sont souvent brillants, bons en classe. Mais ce peut être aussi la conséquence d'un simple régime quand l'obsession de maigrir devient incontrôlable. Les débuts prometteurs se soldent souvent par une situation d'échec lorsque la maladie prend le pas sur la personnalité, et laissent place à des comportements compulsifs et "maniaques" vis-à-vis de la nourriture dans lesquels s'enferme la personne. Au fur et à mesure que les années passent, plus rien n'a aucun intérêt pour le sujet sauf son obsession pour la nourriture.

L'anorexie a souvent pour conséquence la dépression, alors qu'au début la personne est en état d'hyperactivité. Elle laisse place à un isolement social important, des obsessions qui tournent autour de la nourriture au fur et à mesure des privations. Les carences alimentaires entraînent à long terme une perte d'énergie et une incapacité croissante pour la personne à résoudre ses problèmes.

Le point de vue de la théorie mimétique[modifier]

L'ouvrage Anorexie et désir mimétique de René Girard permet de déconstruire le mythe psychiatrique de l'anorexie. Ce que l'on appelle anorexie n'est qu'un désir impérieux de mincir, et contrairement à ce que pose l'étymologie ("manque d'appétit"), les anorexiques ont faim et s'empêchent de manger. Dans une société obsédée par la minceur et le désir d'être mince, les anorexiques ne sont autres que les championnes de la compétition qu'entretiennent les femmes entre elles. Dans ce jeu de rivalité, il n'y a pas de place pour la sexualité ni pour l'homme, contrairement aux théories pour lesquelles la jeune fille voudrait séduire son père ou trouverait dans son comportement une façon de résoudre un problème inconscient. L'anorexie est bien une maladie grave, surtout dans la mesure où elle cause des problèmes de santé physique, mais c'est une maladie contagieuse du désir mimétique, d'un désir de maîtriser sa vie et son corps par le jeûne dans une société qui propose trop peu de repères, certaines anorexiques se laissant littéralement mourir de faim. Sur le sujet, le commun des mortels en sait plus long, paradoxalement, que les experts, qui sous le poids de leurs vieilles croyances, noient l'évidence sous des considérations complexes. Cette idée se retrouve assez fréquemment chez Girard, qui prédit un effondrement des théories de l'herméneutique comme la psychanalyse ou tout ce qui postule l'existence d'un inconscient.

Traitements

L'anorexie, en dehors de maladies graves, se voit essentiellement généralement chez les adolescentes.

Cette dernière, en tant que symptôme, peut être corrigée par le traitement symptomatique par prise d'antidépresseurs, neuroleptiques. Dans la dépression, par exemple, un appétit normal réapparaît lorsque l'humeur se normalise.

Une psychothérapie et un soutien sont nécessaires afin de guérir la cause de la maladie sur le long terme. Dans certains hôpitaux, les anorexiques ont des suppléments alimentaires par sonde en plus de leur repas afin de favoriser la prise de poids. La séparation avec la famille est parfois nécessaire.

Dans le cas des maladies cancéreuses, un traitement anti-cancéreux efficace et bien conduit, comme une chimiothérapie ou une radiothérapie, peut conduire à l'amélioration de l'état général du patient. On observe une reprise de l'appétit, une diminution de la fatigue et une prise de poids.

Les glucocorticoïdes et la progestérone peuvent être utilisés en situations palliatives pour leur action orexigène (stimulateurs de l'appétit).



24/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres